Rechercher
  • Dreamcatcher

Faire face aux effets de l'incertitude sur le mental !

Dernière mise à jour : 7 déc. 2020

Nous ne sommes décidément pas épargnés en cette année 2020 ! Après les longs samedis d’actualité autour des gilets jaunes, un confinement imposé de 3 mois, après un été somme toute quelque peu libérateur, on espérait secrètement retourner à nos vies d’avant ! Pourtant, dès cette rentrée, nous voilà peu assurés et rassurés …aux prises avec ces peurs et une anxiété récurrentes, non seulement liées à la réactivation du virus mais aussi et surtout, aux conséquences sociales, économiques et organisationnelles qu’il va avoir sur nos vies. Et nous savons bien que cela va durer ! Ainsi sommes-nous au bord d’une envie de pleurer ou d’une pulsion d’aller dévaliser les magasins alimentaires, voire de fuir dans une addiction ou sur une ile déserte ! Le stress est là et il fait mal. Il nuit à nos relations, à notre état mental, par le trop plein d’adrénaline et de cortisol qu’il engendre.


Mais le cerveau est ainsi fait, sa réaction est normale. Nous sommes les descendants de grands effrayés même si nous ne risquons plus notre vie à la chasse au mammouth tous les jours ! Tout ce qui touche à notre survie nous fait peur et engage l’interaction de 2 parties de notre cerveau que sont le cortex et l’amygdale. Pour prendre du recul, n'oublions pas que nous ne sommes pas notre mental qui nous rejoue toujours le même film, nous sommes une conscience capable de reprendre le contrôle et de modifier ces pensées pour lutter efficacement contre cette anxiété et ce stress.

J’entends déjà, ici et là, des collégiens espérant la fermeture des écoles ou stresser pour le brevet, des lycéens blasés de ne pas savoir à quoi s’attendre et des terminales angoissés des conditions de passage du grand oral si l’épidémie se poursuit, des jeunes perdus dans leurs addictions et en mal d’espoir quant à leur avenir, des parents se posant la question de leur organisation avec le travail si les écoles ferment et anticipant la peur de leur banquier si ils perdent définitivement leur travail, etc… Mais, comment faire face avant qu’on retrouve un semblant d’équilibre ?

Un conseil ? Inutile d’entamer une analyse sur votre relation avec votre mère depuis la plus tendre enfance ou de prendre ces anti dépresseurs, faites-vous accompagner par un coach pour prendre du recul par rapport à cette peur (qui n’évite pas le danger). La solution vient de l’intérieur de vous, de cette capacité à mobiliser vos idées et de croire qu’une solution existe afin de la trouver. C’est souvent votre manque de confiance qui vous empêche de raisonner correctement. Face à une difficulté, il est toujours plus facile de reproduire ce qui a déjà fonctionné plutôt que d’essayer d’entreprendre quelque chose de nouveau, en ce moment c'est une erreur. Un coach vous aidera à stopper le mode automatique…à vous placer au-dessus de vos pensées qui ne reflètent pas la réalité mais qui définissent néanmoins vos émotions, vos comportements. Il vous permettra de vous adapter à la complexité de cet environnement que vous ne pouvez pas changer !

29 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout