Rechercher
  • Dreamcatcher

La porte du changement ne s’ouvre que de l’intérieur !

Dernière mise à jour : 21 févr.

Après un nouvel enfant, un congé parental et un déménagement, je me suis retrouvée en situation de transition professionnelle à près de 40 ans. De nature très méthodique et positive, j’ai d’abord cherché tout ce qui pouvait m’aider à repenser mes choix dans ma toute nouvelle région d’adoption. J’ai multiplié ma participation à une foultitude d’ateliers, fais du networking à gogo et entamé un bilan de compétences pour redéfinir les contours d’un projet et envisager de nouvelles pistes prenant en compte les horaires de mode de garde d’un enfant en bas âge et les futures exigences de flexibilité qui m’attendaient. Oui mais voilà, une fois tout cela réalisé, j’étais encore plus perdue. Trop de doutes et de contraintes persistaient, malgré des résultats globaux, des conseils rassurants et la réussite passée de 15 ans d’expérience. Mais pourquoi est-ce que je me sentais donc inadaptée, pourquoi cette crise de confiance….avec cette impression de devoir me justifier et de tout avoir à recommencer !


Dans mes méthodiques recherches, Linkedin était mon partenaire quotidien. J’y surpris un post d’une coach dont l'approche m’a plu. Je l’ai donc contactée avec une problématique multiple disant « je vais super bien, je suis super heureuse, j'ai réussi plein de choses et je cherche un job…bon, ça ce fut uniquement les premières 45 minutes , pour finir par avouer, durant les 15 dernières, que je ne trouvais pas du tout ma place dans mon nouvel environnement et que j’avais peur …». Un vrai paradoxe qu’elle releva tant je m’évertuais à lui expliquer que ce n’était pas si grave, que je n'étais certainement pas assez patiente et que je comprendrais si elle ne pouvait pas m'aider....


A ce stade, il va de soi que je me cachais derrière mon petit doigt. Mais voilà, toute petite, j’aimais voir ma vie en rose. Ne laissant rien paraître, mes amis comme ma famille appréciaient "cette capacité inépuisable à mettre chaque micro évènement de la vie dans une jolie boite lumineuse avec papier de soie, bolduc et jet de paillettes à l’ouverture". Oui mais bon, voilà, ce niveau d’exigence + +, au final, c'est drôle à 10 ans, mais bon après c’est trop ! Trop pour tout le monde d’abord, et trop pour moi surtout, ce qui m’avait valu en outre cet épuisement professionnel mémorable qui m'avait anéanti.


Je vois encore l'oeil de Laurence friser aux termes employés. Si je tentais de la rassurer sur le fait que c'était "il y a longtemps" ... elle me confirmait sa capacité à me prendre en charge. Elle a ainsi guidé mes pas afin de me revisiter entièrement avec mes forces et mes fêlures. Avec elle, je me suis autorisée à réécrire l’histoire, à parler de ce stress, de ses effets post traumatiques, et à poser mes masques. J’ai réussi à être plus intègre avec moi-même, à revisiter des besoins et des valeurs transformées dans la maturité comme avec la maternité. J’ai retrouvé un sentiment de complétude personnelle et professionnelle, pour identifier de nouveaux choix de secteurs, de fonctions et de postes répondant plus à mes aspirations qu'à mes compétences. Le plus enrichissant fut d’apprendre à mettre en place les plans d'actions parfois farfelus comme de mesurer leur impact sur mon entourage.


Ce fut bien sûr déstabilisant ; un vrai investissement conjoint afin d’avancer, avec des fois, quelques détours pour ne pas que ce soit trop douloureux. Merci Laurence pour cette délicatesse. Aujourd’hui, j’aime moins les paillettes. Elles ne sont que la forme finale de mon expression. Plus besoin d’artifices pour assouvir mon besoin d’altruisme, de reconnaissance et d’épanouissement. Je « suis » parce que « je fais en mon âme et conscience ». Et les entretiens s'enchainent désormais pour des postes et des organisations qui me font réellement vibrer. Alors pour tout cela, merci Laurence et pour la bonne nouvelle, je viens de trouver un super job dans une start up !


Delphine, 39 ans, Bordeaux,

214 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout