Rechercher
  • Dreamcatcher

Je suis Z'atipique et alors ?

Je viens de souffler ma 21ème bougie, d’atteindre mes objectifs dans le cadre de mon contrat d’apprentissage et bientôt j’aurai mon diplôme. En cette période où tout le monde réapprend à vivre pleinement, moi, Marine, je vis beaucoup mieux parce que n’ai enfin plus peur d’être celle que je suis vraiment ! Je ne remercierai jamais assez ma manager de m’avoir financé ce coaching, si jeune dans mon développement professionnel. Certainement, avait-elle vu en moi un potentiel inexploité que je ne pouvais pas voir. Grâce à elle, je suis passée de l’autre côté du miroir. Ce fut engageant, bousculant, dynamique, drôle, une sorte de détox plutôt musclée. Normal, me direz-vous quand une « zébre » en rencontre une autre. Ce fut un vrai soulagement d’être comprise. J’ai aimé le questionnement innocent :) de Laurence qui m’a permis de modifier ces comportements qui jusque-là me polluaient. Elle fut l’ostéopathe de mes neurones, les remettant un à un à leur place pour que tout devienne fluide.


Avec le recul, je crois que je n’avais pas bien conscience des liens entre mes pensées et mon comportement. Je me voyais me sur-adapter aux autres, laisser paraître que ce que je voulais et ce n’était pas toujours très confortable. Je savais bien sûr, que j’étais différente mais je ne voyais pas le lien entre cela et le contenu de ma vie et de mes relations parfois chaotiques. Avec Laurence, j’ai pu assumer ma différence. Je suis moi aussi cerveau droit, ce qu’on appelle un Haut Potentiel, même si je préfère me considérer comme une atypique, un rouleau compresseur, anxieux, qui comprend très vite, une hyperactive et une hypersensible … Je l’ai découvert après une batterie de tests en primaire parce que ma mère en avait assez d’entendre mes maitresses et mes surveillants se demander pourquoi j’étais en décalage avec les autres et globalement jamais à ma place.


Alors oui, HPI ou Zèbre je suis, pour lesquels on n’a que la solution de s’accepter ! Je me suis longtemps construit un mur de protection protégeant ma différence. Protéger de quoi ? J’ai été la seule à le savoir, car ce que je sais maintenant c’est que ce mur m’a toujours limitée. J’ai donc décidé de ne plus porter d’étiquette mais juste d’être moi. Je me suis traitée en « 1èreclasse » comme dit Laurence, avec elle j’ai développé mes besoins, mes talents, mon intégrité, mon estime de soi et appris à gérer toutes mes peurs. L’acceptation sans condition est vraiment le premier pas vers le changement, et je le vois au quotidien comme dans le domaine professionnel où maintenant je me fais confiance...comme une évidence.


Marine 21 ans (Montpellier)

24 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout