Rechercher
  • Dreamcatcher

J'ai remis de la couleur dans ma vie !

Dernière mise à jour : 21 févr.

Je m’appelle Juliette, une jeune maman de 31 ans qui sort d’un long tunnel sombre dans lequel je me suis longtemps crue perdue. En cause, une vie insouciante, une estime de soi plutôt basse, bousculées par le train-train d’une vie à deux, une maternité suivie d'une fausse couche, les effets pervers d’une pandémie et une vie professionnelle saccadée dans laquelle il n’est plus si facile de savoir ce que l’on vaut.


Ainsi, était mon état d’esprit avant de rencontrer Laurence, engluée dans une auto destruction physique et psychologique, avec insomnies, angoisse, addictions, remises en question de tout, tout le temps et surtout fuite, fuite devant ma vie de femme en couple depuis 10 ans, fuite devant mes responsabilités de maman, fuite de jobs en jobs, impossible à stabiliser, me sentant toujours plus inutile et nulle. Je pense que le COVID a été le déclencheur de tout ce mal être et s’il fut facile de trouver les pourquoi …il restait à trouver les comment devant une situation où je me repliais sur moi-même de façon incompréhensible pour beaucoup.


J'avais adopté une conception du monde écartelé, tantôt ange, tantôt démon, voulant parfois vivre ou souvent périr, réfléchir à abandonner puis oser demander de l’aide. Un enfer au quotidien, épuisant, tout étant tantôt blanc, tantôt noir.... Laurence m'est alors conseillée par un ami. « Tu verras, elle est géniale, avec elle, on AVANCE… je n’ai jamais autant évolué en quelques séances avec elle qu’en plusieurs année de psy ». Je ne sais pas si ça fait une différence. Sans grand espoir, je fais confiance et j'appelle. Laurence est en effet pétillante, solaire, et ne passe pas par 4 chemins… Au fil du temps, elle m'aide à remettre ma vie en couleurs et à dompter mes saboteurs. Me voilà capable de prendre ma place dans le cycle du changement, de réfuter certaines de mes perceptions caricaturales du monde, empreintes de ces influences parentales que j'ai interprétées et de ces croyances que j'alimente en permanence. Plus important, je réalise les dangers de mon addiction, de mes névroses … et ma responsabilité. Et, bien sûr, je pleure, les larmes coulent toutes seules dès que je l'ai en visio !!! Car enfin, oui, dans cette vie que j'ai développé en noir et blanc, j'aimerais tant redevenir cette petite fille parfaite, choyée et protégée à qui on a longtemps raconté des histoires de licornes multicolores dans une vie multicolore ou les actes n’ont aucune conséquence puisque les baguettes magiques peuvent tout effacer.


Je me vois écrire cela et je ris… bien sur que la vie c’est pas ça … mais jusque là il faut croire que ce n'était pas complètement "monté au cerveau" et Laurence a permis à mon inconscient de l'admettre... J'ai donc compris pourquoi j'avais progressivement trouvé refuge dans le verre d’alcool qui se multiplie tous les soirs, dans tous les afterworks possibles après lesquels on finit par ne plus être capable de rentrer droite. J'ai admis que ma relation de couple périclitait parce qu’après m’être abritée derrière le syndrome de la femme parfaite, j'exigeais de mon autre qu'il recrée la magie des débuts quand lui ne faisait même plus cas de mes gesticulations. Droit dans le mur donc.


Alors voilà, 2022 commence et merci Laurence, merci de votre patience, et de votre de légèreté pour combattre mes propres démons… j'ai trouvé la solution en moi en me regardant en vous. J'ai choisi d'être « la véritable artiste de ma vie », une vie comme moi haute en couleurs au bénéfice de mon petit garçon !! Et je sais que j’ai toutes les clés en main pour aller plus loin mais aussi que vous n'êtes pas loin pas vrai ?


Juliette 31 ans, Luxembourg

283 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout