Rechercher
  • Dreamcatcher

J'étais devenu un type "détestable" !

Un départ précipité de l'international après une forme de harcèlement professionnel ou de discrimination raciale et une arrivée à Paris dans un contexte de pandémie ont mis à mal en quelque semaines mon équilibre et ma santé mentale. Et c'est allé tellement vite !!


En quelques temps à peine, je suis devenu "con" ou "fou", c'est au choix, transformé en machine impitoyable aux comportements agressifs que ce soit par texto, par mail, sur les réseaux et dans la vie de tous les jours. Je ne parle plus, j'aboie, je n'écris plus, mes mots sont comme des couteaux. Et rien n'y fait. Je dégueule de détestation et de méchanceté. Pourtant, de par ma culture, ma vie, les autres ont toujours été une bénédiction, une occasion d’échanges, de partage, et de richesse. Je suis aussi normalement réputé pour être généreux et altruiste. Expatrié, j'ai toujours pris plaisir à être ce porte-drapeau de l’intégration à l’international, et à en témoigner, en tant que professionnel avec plus de 10 ans d’expériences dans mon métier. Et puis voilà, le détour du virage, je ne le vois pas venir, la sortie de route, inattendue et idiote, à laquelle je ne suis absolument pas préparé, je me fais virer et je ne comprends pas pourquoi … je plonge dans une forme de burn-out, de dépression, ce truc innommable qui pour moi, ne devrait même pas exister. C’est pour les faibles non ? Mais à moi, oui à moi, ça ne peut pas arriver ! Parce que j'ai été discriminé...et jeté comme un mal propre et que non c'est pas ma faute !! j'enrage encore plus alors que le contexte mondial exige de relativiser, il y a quand même pire actuellement non ??!! Mais je ne m'en sors pas. Alors que tout s’écroule, je cherche des responsables …C’est la faute d’un tel, du pays, d’une culture, d’un patron, d’une équipe, et tout le monde y passe et peut être aussi d’une cousine, d’une éducation , tous des c**** et même le psy que je consulte pour tenter d’y voir plus clair. Je suis branché en continu sur une colère lancinante ! Je force quasiment les autres à adhérer à ma vision et j’insiste. A tel point qu'ils n'osent même plus me contredire, ce qui m'exaspère encore plus. Donc j'amplifie mes réactions. La descente continue (ce que j’appelle ma spirale vers l’enfer), ils vont si vite les effets de l'angoisse, de la colère, des addictions, de la négativité 24h/24… Je réalise tout ce temps passé à se construire alors que tout explose en un instant. Faisant la rétrospective, je me dis qu'à ce moment, je n’ai jamais été un type aussi détestable.


Et c’est là que Laurence Maire arrive dans mon fil d’actualité 😊. Je crois que le 1er RV en visio, j’ai déjà commencé par l'agresser avec un flot de paroles qui n’avait ni queue, ni tête. Je la revois impassible voire imperturbable, les yeux en soucoupe tout en dodelinant de la tête. Je suis tellement mal et elle est tellement calme, que je m'apaise. Je décide d'essayer. Croyez le ou non, elle m'a remis sur pied. En quelques semaines, je suis passé du sofa à rien faire où à faire n’importe quoi avec n’importe qui à une acceptation de mes conneries, à une meilleure maîtrise de mes émotions et surtout à arrêter de m’en prendre à moi et à tout le monde. En quelques semaines, je me donne de nouvelles permissions, je me trouve à mon rythme. Après la violence de l’ouragan, viennent le calme, la positivité et l'apaisement… avec une meilleure planification d'un plan d'action structuré couvrant 3 domaines principaux de ma vie. Les objectifs sont rationnels et S.M.A.R.T : retrouver un job (remise à plat d'un projet professionnel qu'elle m'aide à faire), me faire pardonner par mes vrais amis et ma famille en les dissociant de plus simples relations chez qui je fais un petit ménage sans rancoeur, et puis déménager. Petit à petit, les outils pertinents de Laurence, son accompagnement, me redonnent la motivation perdue. Sa franchise, sa méthode, son professionnalisme, me remettent dans le cadre que j'ai choisi et je sors de cet enfer !


A date c'est fini, et après quelques vacances, je viens de démarrer un nouveau job dans une super équipe, j'ai aussi déménagé dans le quartier parisien de mon enfance, j'ai revendu ma voiture par souci d'économie et d'écologie, je me suis inscrit dans un cours de flamenco et j'ai assaini mes finances. Mes parents et amis sont heureux de me retrouver et fiers. Jamais j'aurais cru ça possible. C’est incroyable le travail qu’on a accompli ensemble. Je n'oublie pas que tout cela s'entretient ... sinon on repart en vrille ...mais ça maintenant je l'ai compris. Alors de tout mon cœur merci Laurence.


Arnaud, 34 ans, Paris


286 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout