Rechercher
  • Dreamcatcher

A la recherche de la motivation perdue...

Dernière mise à jour : févr. 17

Je suis un tout petit patron de PME, mon activité n’est pas à l’arrêt même si j’ai dû mettre du monde en chômage partiel, mais plus les mois passent et moins je sais quand ni comment je vais faire repartir mon activité. Et pourtant en tant que « chef » comme ils disent, même si j’ai peur et que ne dors plus très bien la nuit, je me dois de donner l’exemple en restant fort.


Pourtant, je suis inquiet, je vois bien que mes équipes sont en perte de vitesse, la baisse d’énergie se fait plus que jamais sentir dans ce nouvel hiver qui s’annonce rigoureux sur tous les plans. Ils ne semblent plus avoir envie et je me surprends moi-même à flancher certains jours même si cette boite, c’est toute ma vie. Le stress est croissant et la performance n’est pas là. Nous devenons cyclothymiques, passant de la sombre résignation au coup de gueule qu’on ne peut réfréner. Certains se replient, d’autres ne supportent plus la moindre remarque. Même moi. Le télétravail ne rassure personne. Dans nos réunions virtuelles, l’anxiété plane. J’ai l’impression que certains n’ont même plus envie de faire ce job au final qu’ils aiment. Et puis, j’en ai d’autres, qui se révèlent avec un mental de guerrier. De nombreux commerciaux moins soumis à ma pression (rires) mais aussi des administratifs, ces sportifs du dimanche qui parient sur l’équipe, qui restent positifs en se persuadant que le verre est toujours à moitié plein. Et moi, j’oscille en permanence au milieu de tout ça. Pour rendre l'ambiance moins morose, pour motiver, faut-il compatir, rassurer, ou continuer à fixer des objectifs que nous ne pourrons certainement pas tenir ? …


Quand j’en ai discuté avec Laurence, je ne savais pas quel axe prendre. Quelques heures de travail ensemble et elle m'a accompagné sur MA solution, celle qui me convenait le mieux, à moi et à mes valeurs. J’ai réuni mes équipes sur une journée banalisée sans leur en donner le sujet et avec Laurence en animateur, on a posé et travaillé ensemble le problème. Objectif : co-développer des solutions agréés par tous. Franchement, je ne m'attendais pas à un tel résultat à tel point qu'on a du rajouter une journée tellement les idées fusaient.


Ensemble, nous avons partagé et acté que l’inactivité était nocive, encore plus stressante que le travail lui-même, ensemble nous avons décidé de ne pas nous agiter dans ces temps difficiles mais de faire au mieux l’essentiel, l’important et moins l’urgent, j’ai dû faire quelques concessions, ils en ont fait d’autres. Ensemble, nous avons été créatifs et nous nous sommes projetés sur des actions à mettre en place à partir d’un certain niveau d’activité. Ensemble, nous avons travaillé notre estime de nous-mêmes avec émotion parfois et exprimé nos peurs ! Je suis bon pour planifier un séminaire de gestion des émotions maintenant !! Je les ai vu se filer des trucs pour tenir le moral, décider d'organiser une recette de couscous en zoom avec un cuisinier marocain, ... et surtout je les ai vu rire. Si vous saviez le bien que cela nous a fait de rire. En quelques heures, on a figé le positif dans l’adversité, développé de nouvelles attentes en terme de compétences. On a posé les valises lourdes et réappris à rêver !! Moi aussi et je n’ai pas honte de le dire. Ma chère Laurence, vous nous avez fait beaucoup de bien en nous sortant la tête du seau. Oh bien sur ce n’est pas gagné mais nos neurotransmetteurs maintenant sont équilibrés.


Grâce à vous, j’ai compris que la bonne santé mentale (et physique) était un facteur de motivation que je ne pouvais ignorer, j’ai su écouter le besoin d’être réconfortés sans verser dans le pathos, j’ai osé partager le fait que moi aussi j’étais touché. Et ce n’est qu’après que nous avons pu poser le cadre, ses limites, le bon niveau d’exigence, et traiter les objectifs, pour passer du marasme au renouveau (merci les phases d’Hudson), et pour nous redonner confiance et d’adaptabilité. L’énergie circule désormais à nouveau et les réunions en visio sont devenues différentes. Nous restons désormais tous vigilants pour que chacun développe sa résilience. Ma chère Laurence, un vrai grand merci de la part de toutes et tous pour votre accompagnement et pour votre énergie.


Jean Claude, 54 ans et sa team ... en PACA








117 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout