Rechercher
  • Dreamcatcher

Pourquoi offrir des séances de coaching ...

Mis à jour : janv. 24

On a pu les traiter ponctuellement d’irresponsables et d’égoïstes, mais il est un fait que la pandémie du Covid 19 a eu un impact important sur la santé mentale de nos 15 25 ans. Ils vivaient déjà dans un contexte anxiogène tant au niveau social, que sociétal ou environnemental, amplifié par les névroses induites par l’addiction et l’isolement numérique, cherchant un sens, tout ayant inconsciemment participé à tuer la motivation pour le trouver.

En tant que coach qui les accompagne aussi dans ces problématiques, j’ose dire que si vraisemblablement nous avons failli à notre responsabilité, ils faillissent aussi à la leur actuellement. Notre responsabilité de ne pas leur avoir proposé un autre modèle de société dans lequel nous arrêterions de pointer systématiquement 8 fois du doigt ce qu’ils ne font pas bien pour 2 fois ce qu’ils font de bien ou parfois l’inverse ! La responsabilité pour eux de ne pas en avoir conscience et de se "complaire" dans ce marasme en nous rejetant la faute sur nous. Au delà des causes, le fait est qu'aujourd'hui ils décrochent et n'ont même plus l'école pour se socialiser ou avoir un minimum d'estime d'eux même !

Mais, il est un fait qu’on ne peut plus compiler à 19 ans 27000 heures de marque d’attention négative ou bien de tomber de haut en constatant que personne ne nous attend en tant que 8ème merveille du monde ! Car dans les deux cas, se créent des schémas de pensée négatifs conduisant à des émotions non gérées et des comportements oscillant en temps réel et sur plusieurs étages entre la révolte et la soumission !! que nous avons aussi au final.

Alors, que faire de concret dans ce contexte et face à une menace de polarisation croissante de notre société ? Inutile de les comparer à nous, nous ne vivons pas dans le même monde. Inutile de tenter de les rassurer … cela ne fait qu’amplifier le problème. Ils n’ont pas appris la nuance, l’esprit critique, le recul pas plus que ce qu’ils étaient en terme d’identité, ils ne savent pas gérer leurs émotions, et beaucoup s’atrophient irrémédiablement. Il s'agit d'écouter et d'orienter. C’est pourtant pas comme si on avait été prévenus, notamment par l’OMS et quelques études phares dans de nombreux pays. Dans 45 pays européens, dès 2018, plus d’1/3 d’entre eux souffraient d’anxiété, 25% se déclaraient nerveux et 30% avouaient des problèmes de sommeil. Et nous sommes en pleine 2 ème vague COVID !

Au Québec, l’Université de Sherbrooke fait état actuellement de 64% des 15 24 ans qui déclarent être affectés par la crise sanitaire. Majoritairement, ce sont les filles qui sont les plus touchées par un état d’anxiété souvent confus et rangé dans le vocable commun du stress. Un état qui se nourrit des peurs et des appréhensions, dévastateur à long terme pour leur cerveau par la cortisone qu’il produit ! Alors, sommes nous en train de préparer une génération à terme sous psychotropes ?

Osons évoquer avec eux le sujet, leur offrir une discussion avec un coach, éventuellement ils poursuivront un parcours de coaching. Mais au moins, on aura proposé ! Car, en quelques séances, ils prendront conscience, travailleront sur leurs représentations mentales, leur biochimie, l’équilibre de leurs neurotransmetteurs, leurs émotions et leurs énergies pour ne plus jamais se faire peur !

71 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout